Baisse de marché pour les tablettes

0
122
Vente des tablettes en baisse

Vous savez à quel point j’aime les nouvelles technologies, et ce n’est pas faute de le crier haut et fort, mais toutes les innovations ne sont pas toujours bonnes à prendre. Pourtant, les tablettes tactiles font partie de ces petites choses qui sont apparues au cours des dernières années et que je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter. Et voilà qu’au fil du temps, ma tablette a fini dans un tiroir pour ne presque plus en ressortir… Du coup, je me suis demandée si j’étais la seule dans ce cas, et si je comptais dans les rangs des fashionistas de la high-tech. Parce que voyez-vous, se remettre en question de temps en temps, ça ne fait pas de mal, et j’ai alors découvert que non seulement je n’étais pas la seule, mais que cette perte d’intérêt pour les tablettes ne s’arrêtait pas là ! Je vous dis tout…

« La mode, c’est ce qui se démode »

Après une forte incursion dans les ménages français, les tablettes ont semble-t-il débuté leur phase descendante de vente… Déjà ! D’après un compte rendu proposé par zdnet.fr, les ventes des tablettes au cours du 1er trimestre de cette année n’ont jamais été aussi basses sur une période de 5 ans. Et je parle là du nombre d’unités vendues. Par exemple, durant le dernier trimestre de 2013, 78,6 millions d’unités avaient été vendues dans le monde. Pendant le T1 2017, c’est moins de la moitié qui a été vendue (environ 36,2 millions d’unités vendues). Et cette dégringolade ne s’arrête pas là. Les prix ne cessent chuter pour que les ventes restent au beau fixe. En effet, d’après une étude menée par le Groupe GFK, chargé d’étudier les marchés et les habitudes des consommateurs, les prix des tablettes sont passés de 539 € en moyenne en 2010 à 203 € en moyenne en 2014, et cette tendance ne semble pas faiblir. On l’aura d’ailleurs remarqué en regardant les prix dans les magasins…

Mais alors aujourd’hui, qu’achètent les gens ?

Avons-nous perdu notre intérêt pour les nouvelles technologies ? Nos porte-monnaie se sont-ils allégés ? Que nenni ! En effet, les goûts des gens ont sensiblement changé. Où plus précisément, ils se sont affinés. Parce que si la possibilité d’avoir une interface multifonction séduit, les tablettes n’ont pas pu proposer des fonctions décentes à des prix acceptables. Souvent limitées, ou alors excessivement chères, les tablettes ne facilitent pas le travail « de fond ». Et les fabricants, conscients de cette réalité, ont proposé sur le marché les notebook, ces mini-ordinateurs portables, à cheval entre la tablette et PC de bureau. Et la miniaturisation aidant, ces machines sont aujourd’hui parfois aussi puissantes que des ordinateurs de plus grand format. Les accessoires comme le clavier détachable ont fini par convaincre le grand public… de quoi enterrer ces tablettes qui nous avaient fait rêver à leurs débuts. Mais qui sait, peut être ces dernières n’ont pas encore dit leur dernier mot… Affaire à suivre donc !

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser un commentaire